Les femmes et leur sexe

A toutes ces femmes qui se sentent mal dans leur sexualité. Psychiquement. Physiquement. Pour toutes celles qui se sont enfermées dans la peur, dans la douleur, dans l’incompréhension de leur partenaire, dans l’incompréhension face à leur propre corps, allant jusqu’au dégoût et au mépris, au rejet de l’autre et d’elles-même. Celles qui n’ont jamais sauté le pas, celles qui se sont résignées, qui ont abandonné l’idée d’une vie sexuelle épanouie. A toutes ces femmes, cet article est fait pour vous.

Je n’ai jamais compris cet engouement collectif pour le sexe, ne trouvant en la chose qu’un désir primaire de satisfaire un besoin, comme le seraient ceux de boire ou de manger (voir mon article Corps, sexe et misanthropie). De ce fait je me suis toujours sentie en décalage, quelque chose en moi n’apparaissait pas être la norme.

Cela faisait donc longtemps que je cherchais, en vain, un bon livre sur la sexualité.  La plupart d’entre eux, au-delà du mode d’emploi pour des orgasmes à foison et des parties de jambes en l’air toujours plus incroyables et innovantes, ne voyaient en la solution unique à tous soucis féminins que la nécessité de lubrifier le tout à grand coup de préliminaires, que la femme était fermée car elle n’était assez assez stimulée, ou au contraire trop stimulée par les demandes à répétition de leur conjoint. Bref. Je ne trouvais pas satisfaction dans ces bouquins et honnêtement, ils me renvoyaient un rapport au sexe encore plus compliqué. Certains encore parlaient de méditation pour décoincer le tout. Bonne idée qu’est la méthode alternative certes, mais là encore je sentais qu’une partie de moi criait famine. Je voulais répondre à ces questions. Où est-ce que ça bloquait au juste ? Pourquoi voyais-je le sexe comme une bête noire, inutile, sans intérêt, n’amenant dans la vie que des problèmes, jusqu’à tenter d’ignorer son existence ? Aurais-je renié ou minimisé quelques événements traumatisants ? Au fil du temps, le sexe est devenu pour moi une source de problème qu’il me fallait à tout prix fuir. Arrivée à ce point là, quand notre relation au sexe n’est que haine et mépris, on se remet forcément en question. Ajoutons à cela une société toujours plus exigeante, qui prône une vie sexuelle palpitante mêlée à une jeunesse éternelle, où la femme se doit d’être mère et putain, farouche mais docile, désirable mais prude, libérée mais contenue.9782228917575

Heidi Beroud-Poyet et Laura Beltran ont réussi le pari de créer un livre complet, passant au crible un nombre certain de problématiques et de profils variés. Au delà d’être pleinement satisfaite de mon achat, j’ai enfin pu trouver des réponses, comprendre et me sentir comprise. Un sentiment d’être moins seule et démunie. Ces deux psychologues et sexologues résument leur ouvrage en trois points qui répondront aisément aux questions des femmes sur leur sexualité. Vous pouvez vous procurer le livre ici.


Voici quelques thématiques que vous pourrez retrouver dans ce livre

 

Ne plus avoir mal

Quand une femme a mal elle n’a pas rien. Ce n’est pas normal d’avoir mal. Ce n’est être douillette, ni être une chieuse. Ces petits rappels paraissent anodins mais font tellement de bien à lire. Il s’agit tout d’abord de comprendre ces douleurs physiques : entre tensions, douleurs, brûlures, coupures, sécheresse, démangeaisons mais aussi maladies, mutilations, traumatismes… Comprendre également si ces douleurs sont purement physique ou en lien avec notre psychisme. Qu’est ce qui peut notamment provoquer la peur, le dégoût, le manque, la perte ou l’inexistence du désir. Enfin apprendre à s’en sortir : quelles sont les solutions pour stopper ce cercle infernal ? Quelles sont les limites d’un consentement ? Comment se débarrasser de la pression toujours plus grande imposée aux femmes ?

Renouer avec son désir

Les auteures s’intéressent premièrement aux mécanismes de la maturation sexuelle et de ses problématiques : comment l’apparition des règles et des signes pubertaires ont-ils été vécu ? Est ce que la sexualité était un sujet libéré ou complètement prohibé dans la cellule familiale ? Quels impacts peuvent avoir certains rituels religieux ou les attentes de la société vis-à-vis des femmes et des filles ?

Le sexe, comme jouer d’un instrument, cela s’apprend. S’adonner à la masturbation sans culpabilité et avec curiosité. Se réapproprier son corps. A travers les différents « profils » de père et de mères, connaître les limites de leur rôle en tant que parents et comprendre leur impact respectif sur la sexualité à en devenir de leurs enfants, de la petite enfance à l’âge adulte. Comment se disloquer des problématiques familiaux et sociétaux pour tracer son chemin de femme et construire sa propre et unique sexualité. Sont énumérés notamment les questions touchant l’exhibitionnisme, l’héritage sexuelle lourd d’une famille (entre adultère, enfant portant rôle de confident, parents envahissants, malades, troublés psychiquement…). Egalement la nécessité inéluctable de rupture entre parent et enfant pour pouvoir se construire dans sa propre sexualité.

Enfin les problématiques autour du couple sont abordées. Hétéro ou lesbien, différents « profils » de partenaire possible sont décrits, avec leurs lots de complications. Quel est l’impact de notre rapport au sexe sur notre compagnon ? Quel est l’impact des difficultés de mon compagnon sur ma personne ? Comment se passe la communication sexuelle entre les partenaires ? Comment est vécue la sexualité pour l’un et l’autre, et ensemble ? Comment notre partenaire peut-il aider à la guérison ? Qu’en est-il des bouleversements pendant et après la grossesse ?

Se sentir libre

Les auteures nous invitent à ré apprendre la sexualité féminine (l’anatomie, l’orgasme, les mécanismes du désir, les fantasmes…). Elles donnent également des pistes pour une remise en question active ; sans pour autant culpabiliser et se sentir libre de ne pas porter d’intérêt au sexe dans sa vie, non par peur ou par rejet, mais parce qu’on a trouvé des voies alternatives d’autant plus belles qui nous satisfassent mieux par notre état d’esprit. Se sentir libre de ressentir d’exprimer ce qu’on ressent et oser donner la parole à cette sexualité féminine que l’on a trop souvent apprit à opprimer ou à juger.

charles-deluvio-626749-unsplash-e1526344570909.jpg

 

Ce livre est un début de piste. Il vous aide à vous poser les bonnes questions avant, si besoin est, de devoir consulter un spécialiste. C’est aussi des paroles qui se veulent rassurantes : on stoppe le ton moralisateur et on arrête, enfin, de faire culpabiliser les femmes.

 

Mon avis – Ce livre a su m’aider, il m’a donc paru essentiel de le partager. J’ai pris plaisir à relire deux trois fois pour cibler et comprendre toujours un peu plus mes blocages sur la question. On peut retrouver à la fin de l’ouvrage une liste de lectures pour aller plus loin dans les thématiques qui nous intéressent, ce qui renforce l’idée de ce livre comme un premier pied dans la sexologie. Un bouquin qui ouvre des portes en somme, et permet d’avoir une vision globale sur ce qui nous entrave dans notre sexualité. Une lecture qui s’adresse à toutes les femmes, vierges ou expérimentées, jeunes ou plus âgées.

Vous pouvez vous procurer le livre ici

 

Cet article contient des liens d’affiliations

5 réflexions sur “Les femmes et leur sexe

  1. Saturn Fancci dit :

    Sujet difficile parce qu’il faudrait commencer par désapprendre tellement de chose. Non ce n’est pas sale le sexe, non ce n’est pas un devoir ou un dû, non ce n’est pas un moyen de pression ou une récompense, ect… C’est naturel d’avoir des désirs sexuels comme ça l’est de ne plus/pas en avoir. Et ca devrait être naturel de pouvoir en parler, pour partager, renseigner, avertir, rassurer. Et si la communication à ce sujet bloque avec une personne, (docteur, sage-femme, copain, copaine) il faut se dire qu’une autre saura plus être compréhensible.

    Aimé par 2 personnes

    • lenarticles dit :

      Exactement ! C’est assez impressionnant de voir qu’en parlant de nos différentes expériences, peurs, etc… on en arrive tous à se poser à peu près les mêmes interrogations, alors que l’on s’était tût jusque là volontairement par peur du jugement des autres. Comme quoi dans une société qui se veut ‘libérée’ il y a encore beaucoup à faire pour libérer la parole autour du sexe.

      J'aime

  2. Raphaellakay dit :

    Merci encore pour ton article et cette idée de lecture ! J’ai achevé le bouquin il y a quelques jours et j’ai beaucoup appris sur les autres mais aussi sur moi. Je pensais qu’aucun chapitre ne me concernerait mais j’ai trouvé des nouvelles pistes de réflexion…

    Aimé par 1 personne

    • Léna dit :

      Je suis très heureuse d’avoir pu te permettre de le connaître.. Ça veut dire que mon blog a rempli sa mission ! Je suis contente également de voir que je ne suis pas la seule à avoir su l’apprécier. Si en plus ça t’ouvre des pistes de réflexion c’est vraiment tout bénef !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s