Quel est votre masque émotionnel ?

Essayer de se comprendre va de pair avec savoir identifier ce qui nous empêche d’avancer. Je vous propose ici cinq profils émotionnels qui peuvent vous éclairer sur votre situation. Pour ma part, cela m’a vraiment aidé à y voir plus clair. J’ai pu mettre des mots sur des pans de ma personnalité que je ne comprenais pas. Ceux qui me connaissent bien savent ma difficulté à maintenir les liens. Je fuis le social tout en étant malheureuse isolée, cherchant toujours à éviter certaine situation à tout prix ; et jusqu’à maintenant, je ne pouvais mettre des mots sur ce comportement. Si certaine partie de vous reste un mystère, c’est que la réponse se trouve beaucoup plus profondément dans votre inconscient que vous puissiez saisir (du moins pour l’instant).

Voici donc des clés pour vous épauler, grâce au merveilleux test et conseils écrit par Flavia Mazelin Salvi inspiré par la théorie de Lise Bourbeau.

Prenez le temps de lire ces 5 profils et choisissez celui qui auquel vous vous identifiez le plus :

Profil 1 : 

•  Je n’aime pas attirer l’attention sur moi.

•  Je ne suis pas vraiment matérialiste.

•  Je parle peu en général.

•  J’ai peu d’amis.

•  Je suis souvent dans la lune.

•  La sexualité n’est pas une priorité pour moi.

•  Je me trouve souvent nul(le).

• J’ai tendance à fuir face aux conflits.


Profil 2 :

•  Je pleure facilement quand j’évoque mes problèmes.

 Je m’attache vite et vis très mal les séparations.

 Je sollicite souvent l’avis des autres avant de prendre une décision.

 J’aime séduire pour attirer l’attention.

 J’ai souvent le moral en dents de scie.

 Je fuis les gens froids.

 J’ai tendance à dramatiser pour attirer l’attention.

 Les refus me blessent.


Profil 3 :

 Je ne me sens pas assez reconnu(e) pour ce que je fais.

 Je prends beaucoup sur moi.

 Je me fais souvent exploiter ou avoir.

 Je fais tout pour me rendre utile.

 Les critiques sur mon physique me vexent et me blessent, mais je ne le montre pas.

 J’ai du mal à exprimer mes besoins.

 J’excelle à faire rire les autres de moi.

 Je me sens facilement honteux(se).


Profil 4 :

 Je ne supporte ni le mensonge, ni la lâcheté.

 Je tiens beaucoup à montrer ce dont je suis capable.

 J’ai besoin d’anticiper pour garder le contrôle.

 Rien ne m’échappe, je remarque surtout ce qui ne répond pas à mes attentes.

 J’ai des convictions fortes et j’aime convaincre.

 Je comprends et agis rapidement pour paraître responsable et capable.

 Je devine facilement les attentes des autres pour mieux les manœuvrer.

 Je blâme facilement les autres plutôt que d’être pris en défaut.


Profil 5 :

 Je ne supporte pas que l’on doute de moi.

 Quoi qu’il arrive, je ne me plains jamais.

 J’ai tendance à être perfectionniste et idéaliste.

 Les notions de bien et de mal sont très importantes pour moi.

 Il m’arrive assez souvent d’avoir peur de me tromper.

 Je suis très sensible, mais on me prend souvent pour quelqu’un de froid.

 J’aime me croire discipliné, mais en réalité je me contrôle trop

 Je n’aime pas montrer mes émotions.



 

Selon le profil choisi :

 

Le Profil 1 – Le masque du Fuyant // La Blessure : le rejet.

(Celui auquel je me suis totalement identifiée).

Son origine remonterait de la conception à l’âge d’1 an. L’enfant ne s’est pas senti accepté ou accueilli par son parent du même sexe et ne croit pas à son droit d’exister (peut être une grossesse qui n’est pas arrivée au bon moment, ou à côté d’une situation pas évidente à gérer, …).

Une personne qui se sent rejetée réagit en fuyant. Le fuyant évite d’attirer l’attention sur lui et recherche la solitude. Son entourage le pense solitaire « par goût » et a donc tendance de le laisse seul, ce qui le fait sentir rejeté. Le fuyant se pense dépourvu de toute valeur. Il passe son temps à se dévaloriser. Il ne croit pas qu’on puisse le choisir pour ce qu’il est, d’où sa propension à saboter ses relations pour se donner raison.

Le fuyant recherche la perfection en ce qui le concerne. Il croit qu’il est ce qu’il fait. Il n’accepte pas de faire une erreur > cela revient pour lui à être jugé comme nul, et donc encore une foi à être rejeté. Son énergie nerveuse lui donne une grande capacité de travail. Etre occupé l’aide à s’ancrer dans un monde matériel et à croire de ce fait qu’il existe.

Pour avancer : se rappeler que vous n’êtes pas ce que vous faites. Si vous intégrez ce principe, vous parviendrez à vous sentir bien après une erreur ou un oubli. Vous serez capable de créer et d’imaginer, et deviendrez moins indécis. Avec un peu de temps, vous oserez prendre votre place, faire et recevoir des critiques et même vous complimenter.

 

Le Profil 2 – Le masque du dépendant // La blessure : l’abandon.

L’origine de cette blessure a lieu entre l’âge de 1 et 3 ans avec le parent du sexe opposé. L’enfant a sûrement manqué de nourriture affective, ou a reçu une forme d’affection non chaleureuse, ou différente de ses attentes.

Le dépendant a une peur panique de la solitude et de grandes difficultés à fonctionner seul. Son besoin d’attirer l’attention le pousse à dramatiser les événements et à adopter une position de victime pour se faire plaindre. Facilement fusionnel avec son entourage, il est très empathique, mais utilise les problèmes des autres pour ramener l’attention à lui. Il a un besoin vital d’être soutenu dans ses choix car, pour lui, soutenu signifie être aidé et aimé. Sa vie émotionnelle est placée sous le signe des montagnes russes.

Pour avancer : vous comptez beaucoup sur l’amour des autres pour vous trouver aimable. Une fois que vous en aurez pris conscience, vous serez en mesure, progressivement, de formuler vos envies sans vous plaindre ni avoir d’attentes. Faire la différence entre plaire et être aimé vous rendra apte à prendre des décisions seul, à accepter le désaccord et à ne plus chercher à tout faire pour attirer l’attention.

 

Le Profil 3 Le masque du masochiste // La blessure : l’humiliation.

L’éveil de la blessure a lieu entre 1 et 3 ans, avec le parent (la mère la plupart du temps) qui méprisait et réprimait toute forme de plaisir physique. L’enfant s’est senti rabaissé, honteux et très contrôlé par son parent.

Le masochiste a honte de ce qu’il est ou fait. Surtout dans son apparence physique et au plan sexuel. Il a tendance à se faire passer après tout le monde, à se sentir facilement vexé ou humilié. Il connaît ses besoins, cependant il est dur pour lui de les exprimer. Sa plus grande crainte est d’être pris pour un égoïste. Il est généralement hypersensible, tout l’atteint. La moindre critique lui va droit au cœur et, par conséquent, il fait tout pour ne pas blesser les autres à son tour. Il se sent responsable de tout et de tous, au point d’être persuadé d’être coupable lorsqu’une personne de son entourage se sent malheureuse.

Pour avancer, efforcez-vous de reconnaître et d’écouter vos vrais besoins (sexuels et affectifs). Vous serez alors capable avec le temps de faire la différence entre être serviable et être au service de. Vous vous sentirez moins responsable des problèmes des autres. A mesure que vous avancerez dans cette voie, vous cesserez de vous culpabiliser, vous vous sentirez véritablement digne de qui vous êtes.

 

Le Profil 4 Le masque du contrôlant // La blessure : la trahison.

L’origine de cette blessure a lieu entre 2 et 4 ans avec le parent du sexe opposé. L’enfant s’est senti trahi ou manipulé. Il a perdu confiance après avoir été témoin de promesses non tenues, de mensonges ou encore de marques de faiblesses.

Le contrôlant fait tout pour convaincre les autres de sa forte personnalité. Il est très exigeant envers lui-même et intransigeant avec tous ceux qui font preuve de lâcheté ou de déloyauté. Il utilise ses qualités de chef (séduction, autorité…) afin d’imposer sa volonté et d’arriver à ses fins. Il est d’ailleurs souvent persuadé d’être indispensable et sûr que les autres ne réussiraient pas sans lui. Soucieux de sa réputation, il n’hésite pas à tordre le cou à la vérité pour préserver son image, alors qu’il est se trouve sans pitié avec les menteurs. Rapide dans la compréhension et dans l’action, il a toutefois tendance à s’hâter trop vite aux conclusions.

Pour avancer, en étant moins intransigeant, vous apprendrez avec le temps à vous affirmer sans autoritarisme, et ainsi cesser de vouloir démontrer votre supériorité. Vous accepterez de vous enrichir de la différence et du talent d’autrui, leur ferez davantage confiance et parviendrez mieux à déléguer.

 

Le Profil 5 – Le masque du rigide // La blessure : l’injustice.

Les origines de cette blessure remonte entre l’âge de 4 et 6 ans avec le parent du même sexe. L’enfant a souffert de la froideur de son parent. Il n’a pas pu s’exprimer ni être lui-même. Coupé de sa sensibilité, il s’est imposé d’être parfait dans ce qu’il entreprend.

Le rigide veut toujours se montrer sous son meilleur jour. Il se contrôle pour correspondre à l’idéal de lui-même qu’il s’est fixé et, croit-il, que l’on attend de lui. Il montre difficilement ses sentiments, car il a du mal à gérer sa sensibilité et ses émotions, et vit dans la crainte de perdre ce contrôle. C’est ainsi qu’il passe souvent pour froid et insensible > parce qu’il se fait croire, et fait croire à ceux qui l’approchent, que rien ne le touche. Dur envers son corps, il admet rarement être malade et supporte bien la douleur. Il ne se fait plaisir que lorsqu’il pense avoir suffisamment travaillé pour le mériter.

Pour avancer, lorsque vous ne rechercherez plus la perfection, vous serez moins dur avec vous-même et avec les autres. Vous ferez preuve d’empathie et de compassion. Vous exprimerez davantage vos émotions, et aurez des relations plus authentiques et chaleureuses. Vos n’hésiterez plus alors à demander de l’aide et des conseils à votre entourage. 

7 réflexions sur “Quel est votre masque émotionnel ?

  1. Alexandra. dit :

    Le profil qui s’applique le mieux à ma personnalité est le profil n°5. Je reste cependant septique sur l’origine en ce qui me concerne. Tu sais bien comment je suis avec ma maman 😉
    Ensuite pour l’explication ca s’applique surtout aux personnes que je ne connais pas . Mais dés le moment où j’apprécie une personne, ce côté froid et distant peut s’évanouir u___u

    Aimé par 1 personne

  2. Raphaellakay dit :

    Je me retrouve pas mal dans le profil 5…
    Et c’est marrant parce que ça me fait penser à l’ennéagramme, qui se base aussi sur une blessure dans l’enfance pour attribuer différents profils (9 en tout, sans compter que c’est plus nuancé car tu peux avoir un profil avec en complément un autre profil qui a une influence secondaire). Si ça t’intéresse, je te conseille le blog suivant http://antredelachouette.blogspot.fr/ pour en savoir plus ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Ashe dit :

    Pas simple… ça impose de se poser des questions sur soi-même et d’avoir du recul.

    Et comment qu’on fait quand on est dans les deux ?! :p
    Le profil 5 a finalement pris le dessus ! Malgré qu’il y ait des choses dans le 1 qui me correspondent
    (1) ne pas attirer l’attention, souvent dans la lune, fuyante face aux confilts
    (5) ne pas supporter que l’on doute de moi, pas de tendance à me plaindre souvent, perfectionniste et idéaliste (oh oui), notions de bien et de mal importantes.

    Je suis plus ou moins d’accord avec les portraits, car je trouve que mine de rien ils dressent une description assez badante de sa personnalité x) Mais il y a des choses vraies, je ne le nie pas !

    Heureusement qu’il n’y a pas que ces masques pour nous définir entièrement 😉

    Article intéressant en tout cas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s